Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Laurent Barcelo

Laurent Barcelo

Voyages Pacifique Tahiti Polynésie Australie Etats-Unis Nouvelle-Zélande Guadeloupe Antilles Caraïbes


La chrétienté médiévale (XIe – XIIIe) - classe de seconde.

 

 

La chrétienté médiévale (XIe – XIIIe).

 

 

Notions : Église, christianisme, chrétienté, évangélisation, foi, salut, cathédrale, abbaye, œuvre d’art

 

Problématiques : Quelle influence l’Église a-t-elle sur la vie quotidienne des gens ? Pourquoi peut-on dire que l’Église se trouve au cœur de la vie de l’homme médiéval ? comment le christianisme marque-t-il l’Europe médiévale de son empreinte ?

 

I-                 Les fondements de la chrétienté européenne (XIe-XIIIe).

 

A)    Qu’est-ce que la « chrétienté » ?

 

Chrétienté : ensemble des sociétés qui, depuis la fin de l’antiquité, ont fait du christianisme leur religion. Le christianisme est une religion monothéiste fondée sur la Bible (ancien et nouveau testament) ainsi que sur le dogme (ensemble de croyances définies et légitimées par l’Église).Depuis 1054, la chrétienté est divisée (catholiques et orthodoxes). 1204 : les croisés pillent Constantinople.

 

B)     « Ceux qui prient » : le clergé.

 

Le clergé séculier (prêtres, sous l’autorité des évêques) et régulier (moines) encadrent la société (laïcs). Leur mission est de conduire les laïcs au salut. En retour, ceux-ci doivent les défendre et les nourrir (dîme : 1/10 des récoltes).

 

 

C)    Église et pouvoir temporel.

 

La papauté souhaite dominer et contrôler le pouvoir temporel des rois et des princes (« théocratie » pontificale : théorie d'une primauté du pouvoir pontifical sur les gouvernements civils). Le  pape, successeur de l’apôtre Pierre, 1er évêque de Rome, se perçoit comme le seul chef de l’Église, suite au déclin des patriarches de Jérusalem, Antioche et Alexandrie, terres conquises par les musulmans.

 

Au XIe siècle, la réforme grégorienne (pape Grégoire VII) vise à améliorer le niveau du clergé. Lutte contre le développement du Nicolaïsme (concubinage des prêtres) et la simonie (achat d’une charge ecclésiastique).

 

 

II-               Être chrétien en Occident (XIe-XIIIe).

 

A)    L’Église est au cœur de la vie de l’homme médiéval.

La religion est visible : églises et cathédrales, chapelles, monastères. Eglises et cathédrales sont les constructions les plus imposantes, situées au coeur des villages et des villes.

La vie s’écoule au rythme des fêtes religieuses, au son des cloches, ainsi qu'au rythme des travaux des champs.

 

B)    Pratiquer et croire : formes de manifestation de la foi.

 

Le prêtre est un médiateur entre peuple (majoritairement analphabète) et savoir, culture religieuse. Le chrétien a des obligations : assister à la messe dominicale, reconnaître ses péchés lors de la confession, recevoir l’eucharistie.

Pèlerinages : ce sont des voyages à but religieux. Il en existe à différentes échelles. Sur le continent européen, hormis Rome, Saint-Jacques de Compostelle (Galice) est le plus célèbre.

 

C)    L’Église encadre les chrétiens.

L’Église se fixe comme objectif de moraliser la société. Cela conduit à l’intransigeance envers les comportements jugés déviants.

Le mariage est un sacrement. L'Eglise est présente à chaque moment important de la vie, chaque rite de passage (naissance, mariage, décès).

L’Église tente de contenir la violence féodale, de la canaliser (ex : croisades, expéditions militaires à buts religieux)

 

III-             Une chrétienté expansionniste.

 

A)    Un nouveau dynamisme.

 

ü  Reprise de l’évangélisation, vers le nord et l’Est de l’Europe.

ü  Appels à la croisade en Orient (pour le contrôle des lieux saints de Palestine mais également pour diminuer l’influence de l’Empire byzantin, orthodoxe).

ü  Amorce de la reconquista dans la péninsule ibérique.

 

B)    Une lutte sans merci contre les hérésies et le paganisme.

 

Un antijudaïsme récurrent : les communautés juives sont victimes de persécution, de violences, d’exclusion. En 1215, le quatrième concile œcuménique du Latran (« Latran IV »), convoqué sur l’initiative du pape Innocent III, décide qu'ils doivent porter une marque distinctive: la rouelle (étoffe rouge ou jaune en forme de cercle, cousue sur les vêtements) en France, un signe en forme de Tables de la Loi en Angleterre le concile leur interdit également d’occuper des fonctions d’autorité, d’avoir des relations sexuelles avec les chrétiens, de sortir pendant la Semaine sainte.

 

Concile (du latin concilium, assemblée) est une assemblée d'évêques de l'Église catholique.

   

Hérésie : mouvement de contestation ou de rejet des dogmes de l’Église.

 

Clercs et Église sont fréquemment accusés de rechercher richesse et pouvoir, de s’être éloignés du message des Évangiles et de l’exemple de dénuement donné par le christ. Cela alimente les hérésies, dont le catharisme. L’Église répond à l’hérésie par la répression, orchestrée à partir de 1233 par l’Inquisition, avec le concours du pouvoir politique qui met ses moyens militaires à la disposition de l’Église. Pour enrayer les contestations, l’Église crée également les « ordres mendiants » (Franciscains et Dominicains), chargés d’éduquer les fidèles à la foi, notamment dans les espaces urbains en développement.

 

LB

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents